Share:

Impact des fermetures de programme à l’Université Laurentienne sur les programmes éducatifs en soins de santé et en physique médicale

date de publication

L’Organisation canadienne des physiciens médicaux (OCPM) déplore les fermetures de programme de diplôme universitaire prévues dans le cadre de la restructuration de l’Université Laurentienne. En particulier, la fermeture du Département de physique aura de graves conséquences sur des professions importantes du domaine de la santé en cancérologie, en raison de la réduction des options de formation de radiothérapeutes et de physiciens médicaux dans la région, au pays et dans le monde.

L’Université Laurentienne est partenaire du Michener Institute avec le Toronto’s University Health Network pour offrir un baccalauréat spécialisé en radiothérapie. C’est le seul programme de formation en radiothérapie à l’extérieur de Toronto dans la province. Nous voyons un besoin important de personnel qualifié dans ce secteur, venant du Nord de l’Ontario et desservant directement la région, dont la carrière se développe à l’Université Laurentienne. Sans le partenariat entre l’Université Laurentienne et le Michener Institute, la restructuration de l’Université Laurentienne aura pour pour conséquence involontaire que la seule voie d’entrée dans la profession sera celle des études à Toronto, un parcours jonché d’obstacles si vous êtes du Nord de l’Ontario, sans compter que nombreux sont ceux à emprunter ce parcours qui ne reviennent pas dans le Nord de l’Ontario. Le programme compte actuellement 44 étudiants.

La fermeture des programmes de baccalauréat offerts en physique aura une autre conséquence involontaire. Ce sont des programmes qui mènent à des carrières dans l’industrie, dans la santé, au gouvernement ou dans d’autres sphères du savoir. Il y a beaucoup de physiciens médicaux au Canada qui ont entrepris leur carrière avec un diplôme de premier cycle ou d’études supérieures en physique de la l’Université Laurentienne. La mise au rancart de ces programmes signifie qu’il ne sera pas possible de poursuivre des études universitaires spécialisées en physique entre Thunder Bay et Ottawa. À la lumière du mandat de l’Université Laurentienne d’accueillir les étudiants francophones et autochtones, en particulier du Nord de l’Ontario, et étant donné la nécessité d’accroître le poids du Canada en sciences, en technologies, en ingénierie et en mathématiques (STIM), c’est une perte majeure accompagnée d’un coût d’opportunité énorme. Notre organisation est profondément préoccupée par l’impact attendu sur le traitement du cancer dans la région. Comme dans d’autres régions éloignées du Canada, il deviendra plus difficile de recruter des professionnels qualifiés dans le Nord de l’Ontario si les options de formation locales sont décimées.

L’OCPM s’inquiète également de la perte des capacités de recherche du Département de physique de l’Université Laurentienne, qui a collaboré aux travaux qui ont mené à l’attribution du Prix Nobel de physique en 2015 pour la découverte des oscillations des neutrinos, permettant de montrer que ces particules ont une masse. Il n’est pas exagéré de dire que cette découverte à l’Observatoire de Neutrinos de Sudbury a été une réalisation monumentale en physique qui a été célébrée à l’échelle provinciale, nationale et internationale.

Enfin, l’Organisation canadienne des physiciens médicaux est particulièrement perturbée par la vitesse de cette restructuration. Cette précipitation empêche de demander les idées et les opinions des professeurs, du personnel, des étudiants et de la communauté, ainsi que celles d’autres intervenants, dont nous sommes avec nos membres. C’est une mesure épouvantable qui a fait voler en l’air tout à coup les plans des étudiants et qui amène encore plus d’incertitude dans leurs vies déjà compliquées par la pandémie. Il ne semble donc pas que la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies soit un instrument approprié pour la restructuration d’une université publique au Canada.

Nous demandons au gouvernement provincial d’intervenir immédiatement de toute urgence afin d’assurer que la restructuration de l’Université Laurentienne réponde aux besoins de ses étudiants, de ses employés, du Nord de l’Ontario et de tout le Canada. 

date de publication le 20 avril 2021

Related Articles

Faits marquants de la semaine du 20 septembre de l’OCPM/Congrès sur les curiethérapies/Radiotraceur TEP expérimental et immunothérapie/Bienvenue aux nouvelles personnes membres du Conseil étudiant!

Faits marquants de la semaine du 20 septembre de l’OCPM/Congrès sur les curiethérapies/Radiotraceur TEP expérimental et immunothérapie/Bienvenue aux nouvelles personnes membres du Conseil étudiant!

Découvrez le Congrès sur les curiethérapies dans le numéro de juillet d’InterACTIONS. Selon une étude publiée le 9 septembre, un radiotraceur TEP expérimental...

le 20 septembre 2021

Share:

Faits marquants de la semaine du 13 septembre 2021/Les physiciens du CHUM et la Semaine internationale de la physique médicale/Première conférence sur l’imagerie médicale/Lecture immédiate des mammographies pour accélérer le déroulement du travail

Faits marquants de la semaine du 13 septembre 2021/Les physiciens du CHUM et la Semaine internationale de la physique médicale/Première conférence sur l’imagerie médicale/Lecture immédiate des mammographies pour accélérer le déroulement du travail

Découvrez comment les physiciens du CHUM ont célébré leur première Semaine internationale de la physique médicale dans le dernier numéro d’InterACTIONS. La...

le 13 septembre 2021

Share: